ZE NEM IZ VRITEUNE OLE CRAISIE

Bon, on va changer un peu de l’imprimerie. Aujourd’hui je m’en tiendrai à ce qui la précède : la langue. Je m’interrogeais sur cette habitude qu’ont de nombreux commentateurs sur les blogues de signer leur commentaire de leur nom. Comme s’ils n’avaient jamais remarqué que tout commentaire commence traditionnellement (et automatiquement) par Machin a écrit. Alors évidemment, il peut y avoir de bonnes raisons. Blogger, par exemple, permet l’envoi de commentaires anonymes. C’est même plutôt plus rapide que de passer par son compte, qui plante souvent. Mais en général on sait d’emblée à qui on affaire. Pourtant Machin signe quand même (voire rajoute une formule de politesse, ce qui, je ne le nie pas, part d’une bonne intention, même si c’est un peu hors propos). De fil en aiguille, cette innocente manie m’a remis en mémoire la phrase célèbre Le nom des fous s’écrit partout, bien qu’il ne me viendrait pas à l’idée d’assimiler à des fous ces signeurs compulsifs. J’ai voulu vérifier si ladite phrase était effectivement célèbre ou juste une invention familiale comme il y en a tant. Du coup, direction Gougueule. Pas de doute, c’est connu. Mais j’ai eu un sacré choc en découvrant dans le bas de la page les résultats de recherche anglais que, dans sa grande générosité, nous propose G. Déjà, « résultats de recherche anglais », ça me fait un peu tiquer quant à la syntaxe. Mais qu’on veuille me faire croire que le nom des fous s’écrit partout se traduise en anglais par the name is written all crazy*, alors là ça a vraiment du mal à passer. N’y avait-il pas assez de certains wikipédistes intrépides ou inconscients pour propager des âneries sur le Net, faut-il vraiment que des robots traducteurs incultes s’y mettent aussi ?

Dans cette affaire, ni les francophones ni les anglophones n’ont plus aucune chance de comprendre quoi que ce soit. En fait d’ouvrir la voie à la communication, le Net ne fait plus que multiplier les sabirs et on va se retrouver comme des truffes au pied de notre tour de Babelectronickque, sans plus comprendre un mot de ce que les autres racontent. Cela dit, le sabir, pour peu qu’il soit à consonnance anglaise, a l’air d’être particulièrement prisé par les agences de com. Que penser du créative technologie de Citroën, ou du motion & emotion de Peugeot (que d’ailleurs on ne voit jamais qu’écrit, car qui se risquerait à prononcer ça ?)**

Alors de grâce, qu’on ne me prenne pas pour un de ces défenseurs acharnés de la langue qui s’attachent contre vents et marées à des formes en passe de devenir archaïques. La langue bouge et c’est tant mieux. Et je suis bien content de pouvoir avoir recours à l’anglais (d’ailleurs une très belle langue très expressive) quand je suis dans un pays dont je ne connais pas la langue. Mais mille diables, qu’on n’aille au moins pas prendre le gougueulien ou le citroënnien pour de l’anglais (ni pour du français, d’ailleurs…).

* Pour les non anglicistes, je précise que Le nom des fous s’écrit partout se traduirait par the madmen’s name’s written everywhere. The name is written all crazy pourrait à la rigueur être compris par le nom est écrit de manière débile, mais j’aurais plutôt tendance à penser (je ne suis pas un angliciste éminent) que c’est juste du charabia.

** Que penser aussi de cette nouvelle mode chez les constructeurs de bagnoles, qui consiste à ne plus mettre d’article devant leurs enfants chéries (Venez découvrir nouvelle Fiat Panda, nouvelle Renault Clio) ? C’est pour les élever définitivement au-dessus du rang d’objets ?